Actualites


2015-06 Kermesse

Les spectacles ont ryhtmé la journée.

2015-06 Kermesse 3

2015-06 Kermesse 2

 

 

 

Parents, famille, amis et enfants, ils étaient une trentaine de familles ce samedi 27 juin. pour la kermesse du Centre de réadaptation fonctionnelle et de réhabilitation motrice de Warnécourt. Les spectacles se sont enchaînés toute l'après-midi.
 
La classe des pré-apprentissage a proposé un projet artistique : un travail sur la peinture en direct.
Le groupe des moyens a déroulé l'histoire de son conte musical. Partis d'objets du quotidien, et avec l'aide de Marc Boegner, de l'association Bricacouac, les enfants ont sonorisé leur histoire de prince charmant voulant délivrer une princesse/souris de la malédiction d'un géant. Ce projet a pu être monté grâce au financement de l'ARS et de la DRAC dans le cadre de Culture à l’hôpital.
La chorale, portée par un autre groupe, a enchaîné plusieurs chansons lors de son concert.
 
Les parents ont aussi pu visiter le centre (qui a bien changé avec les travaux de l'année dernière), profité du buffet et s'amuser avec leurs enfants au château gonflable et à la tombola. Celle de Warnécourt est particulièrement dotée cette année, grâce à Mme Jospeh, la maman de Laurine, qui s'est beaucoup investie pour trouver des sponsors, ainsi que Mme Cuvillier, la grand-mère de Marcelin. Le personnel, les familles et les enfants se sont unis pour faire de cette journée une belle réussite.

IMG 1495

La journée a pu s'organiser et se dérouler grâce à la présence de 90 bénévoles : membres du personnel de l'Ugecam, membres du CDH08, du CDOS ou encore des stagiaires du Brevet professionnel de la jeunesse de l’éducation populaire et des sports (BPJEPS).

IMG 1475

Fil rouge de la journée, le relai des 50 kilomètres marche pour les 50 ans du CRFA a fait explosé les compteurs : les participants à la journée ont atteint 105,3 km. Eric Fere et Renaud Jacquemin ont fait chacun 8,1 km. 42 membres du personnel se sont relayés et ont parcouru ensemble 131,4 km avec Faiza Ziane et Vincent Levot en tête avec chacun 10,35 km. Enfin, une catégorie était ouverte pour les participants extérieurs : 30 personnes, essentiellement des membres de la session de marche nordique de Charleville, ont parcouru plus de trois fois la distance requise. Michèle Cobos et Dominique Legroux ont ainsi parcouru 16,2 km chacune des 167,85 km de leur relai.

IMG 1466

Chaque sport proposé, ici le tir à l'arc, a des règles ou des aides spécifiques pour que chacun, quelque soit son handicap, puisse y participer.

IMG 1581

Les équipes étaient réparties en 4 catégories : handi-valide, debout, handi et jeune.

IMG 1627

Les sportifs sont venus de toutes les Ardennes : du CRFA mais aussi de son site enfants, d'autres structures médico-sociales du département ou encore des maisons de retraite alentours.

IMG 1591

La journée est l'occasion de faire découvrir aux participants de nouveaux sports ou des associations qui ont ouvert une section handisport. Cette année, c'était le club de tennis de table qui était à l'honneur.

IMG 1611

L'association Handichiens a fait une démonstration du travail qu'effectuent les chiens qu'elle forme auprès de personnes handicapées.

IMG 1620

a journée s'est terminée par la remise des médailles. Miguel Ramos et Franck Thomas puis Alexias Vianna et Maria Braqua (photo) ont remporté la catégorie debout. Mattéo et Valentin puis Jordan et Térence ont pris les deux premières places de la catégorie jeune. Chantal Pourrier et Claudine Halatre puis Syvlie They et Damien Tourais ont remporté le classement handi. M. Courtin et Mme Chambre puis M. Klein et Amel Bouderra sont arrivé en tête du classement handi valide.

 

 

L'Ugecam Nord-Est et le Comité départemental handisport des Ardennes se sont unis pour la deuxième année consécutive pour proposer, jeudi 25 juin, une journée multi-handisport. 114 équipes de deux sportifs, présentant ou non un handicap, se sont succédées sur les 30 stands répartis au sein du Centre de réadaptation fonctionnelle des Ardennes. Celui-ci en  profitait pour fêter ses cinquante ans d'existence avec un défi fil rouge : marcher 50 kilomètres en relais.

 

 

 

 

Rassemblés vendredi 26 juin à l’ARS, près de 70 participants, représentants des usagers dans les Commissions des Relations avec les Usagers, et la Qualité de la Prise en Charge (CRUQPC*), représentants des fédérations hospitalières et directeurs/responsables qualité des établissements de santé de la région, ont échangé sur l’organisation et le fonctionnement de ces commissions.
Un objectif simple : se nourrir des expériences locales pour améliorer le fonctionnement des quatre réunions annuelles obligatoires de ces Commissions, sans pour autant faire de ces instances des «chambres d’enregistrement».
 
A l’issue des discussions, 10 bonnes pratiques ont émergé :
1. Planifier en amont les dates des différentes instances réglementaires, dont la CRUQPC, tant pour les représentants d’usagers siégeant dans plusieurs instances que pour l’établissement de santé ;
2. Mettre en place une «boîte à idées» à l’accueil de l’établissement de santé pour recueillir les remarques/recommandations sur l’accueil, la prise en charge, l’accompagnement ; ces données qualitatives pouvant ensuite être utilement adressées à la CRUQPC ;
3. Mettre en place un espace partagé, dématérialisé, accessible aux représentants des usagers, pour échanger sur les plaintes/réclamations ;
4. Définir une thématique «métier» par réunion de la CRUQPC. Par exemple, la certification, les urgences, la commission d’activité libérale... ;
5. Préparer les ordres du jour des réunions des CRUQPC de concert avec les représentants d’usagers, pour faire vivre la dynamique de co-construction ;
6. Associer les représentants d’usagers à l’élaboration de tout document d’information interne à l’établissement de santé (livret d’accueil, document d’information sur la chambre particulière...). Cette association permet d’adapter le langage pour le rendre accessible à tous ;
7. Solliciter les membres de la CRUQPC pour améliorer la signalétique des établissements de santé ;
8. Associer les membres de la CRUQPC pour améliorer l’accessibilité des locaux, notamment dans les établissements de santé de grande taille, ou organisés sur plusieurs sites ;
9. Mettre à disposition un «kit d’accueil» adapté à chaque établissement, pour tout représentant d’usager nouvellement désigné en CRUQPC ;
10. Associer, en tant que de besoin, des experts internes à l’établissement sur une thématique donnée.
 
Au total, les éléments de principe suivants ont conclu cette riche rencontre :
- Etre transparent dans les actions réalisées, dans les échanges,
- Associer réellement les représentants d’usagers pour définir la meilleure réponse à apporter, notamment aux plaignants,
- Faire de la CRUQPC une instance dynamique qui prenne en compte le point de vue de tous ses membres, en associant pleinement les représentants d’usagers, dans une démarche de co-construction de la politique d’amélioration de la qualité.

 

 

 

 

La page web du GEA (Groupe éthique ardennais), auquel participe un de nos professionnels, est en ligne :  http://www.cd08.fr/solidarite/seniors/groupe-ethique-ardennais

Vous trouverez sur cette page toutes les informations de présentation du Groupe :

·         ses missions, son fonctionnement,

·         les documents règlementaires (Convention, Règlement Intérieur) qui fondent son existence,

·         une fiche de saisine téléchargeable afin de nous solliciter,

·         les Avis rendus

·         des liens utiles (partenaires du G.E.A, instances éthiques régionales …)

Cette page sera régulièrement alimentée par la publication des Avis rendus.

 

0 - FABIENNE

Fabienne en tenue d'arbitre.

7 - SORTIE NAT PT 1

9 -PRE TRANSITION PT 3

18 -ARRIVEE PT5

Quelques images de la compétition.

 

 

En travaillant à l'Ugecam, les professionnels se sensibilisent rapidement au handicap et cette sensibilité s'étend dans leur vie personnelle. Plusieurs d'entre eux sont membres d'associations spécialisées dans le handicap comme Handi Chien ou Handi Club. Fabienne Biver, assistante au service ressources humaines, est, elle, membre de la fédération française de triathlon qui a organisé dernièrement la coupe du monde de paratriathlon, pour laquelle Fabienne a arbitré.
Depuis combien de temps faites-vous partie de la fédération française de triathlon ?
F.B. : Je fais partie de la fédération française de triathlon depuis 2002 et je suis arbitre nationale depuis 2010. J'ai aussi une formation d'arbitre internationale de premier niveau : je peux être sur les compétitions internationales qui se déroulent en France.
 
Le 7 juin, vous avez arbitré lors de la coupe du monde de paratriathlon à Besançon. C'était un choix de votre part ?
F.B. : En tant qu'arbitre, j'ai eu l'opportunité d'assister à ce genre d'épreuve qui prend de l'ampleur. Il y avait environ 80 sportifs venant de tous les continents : des Japonais, des Australiens, des Américains, des Ukrainiens... C'est une épreuve qualificative pour les jeux paralympiques.
J'ai choisi d'arbitrer cette compétition, la troisième pour moi en paratriathlon, parce que déjà, je travaille dans ce milieu mais aussi parce que c'est très intéressant au niveau technique.
 
Pourquoi ? Quelles sont les différences avec le triathlon ?
F.B. : Les distances sont les mêmes. Pour la coupe du monde, les sportifs devaient nager pendant 750 mètres puis enchaîner sur 22 kilomètres de vélo et 5 kilomètres de course à pieds. Par contre, ils concourent en plusieurs catégories et à chaque catégorie correspond une aide technique différente.
Il  existe 5 catégories : les paratriathlètes sont regroupés en fonction de l'importance de la limitation causée par leur handicap dans le cadre de leur performance  en triathlon. La classification n'est pas basée sur le type de handicap :
Les PT1, sont les athlètes en fauteuil roulant. Inclus les athlètes ayant une limitation d'activité. Ils font la partie vélo sur un handbike et la partie course à pied sur un fauteuil roulant adapté.
Ils ont droit à une aide pour sortir de l'eau.
De PT2 à PT4, concourent des personnes souffrant d'amputations ou de problèmes de mobilité. Ils courent avec des prothèses, leur vélo peut être pré-équipé de prothèses.
A ce sujet, certains de mes collègues n'ont pas l'habitude de voir des personnes handicapées. Imaginez leur réaction à la vue des différentes prothèses dans l'aire de transition (bras, jambes...), posées près de leur vélo...
Enfin les PT5 correspondent aux personnes souffrant de déficience visuelle. Ils concourent avec un guide et pour l'épreuve cycliste, ils montent un tandem.
Au-delà de ces catégories, il y a des règles spécifiques : la température de l'eau doit être plus élevée que pour celle des athlètes valides puisque les paraplégiques ne ressentent pas la température pareillement.
Un  nivelé de pente sur la partie vélo doit aussi être respecté, pour éviter que des fauteuils ne se retournent.
Enfin, au niveau de l'arbitrage, il y a un contrôle du matériel très strict. D'ailleurs, la coupe du monde a été l'occasion d'une formation spécifique sur les règles du paratriathlon à l'international. Elle était la bienvenue car ce sont des compétitions qui se développent de plus en plus.
Et sachez que nous arbitrons de la même façon les paratriathlètes et les triathlètes : pas de favoritisme.
 
On peut donc faire du paratriathlon dans les Ardennes ?
F.B. : Je ne connais pas de club dans la région qui accueille des paratriathlètes. Mais il y a un réel développement dernièrement. À la fédération, la commission paratriathlon est récente : elle n'a que trois ans. Mais je pense que c'est intéressant de faire connaître un événement comme celui-ci à nos patients et aux professionnels du centre. Ce serait dommage d'assister à une compétition internationale de cet intérêt et de ne pas en parler.
Et puis j'ai trouvé cette coupe du monde impressionnante : les athlètes, hommes et femmes, sur la ligne de départ sont de vraies bombes ; les aides techniques sont nombreuses : il y avait des vélos classiques, des vélos munis de prothèses, en tandems, des handbikes...
 
Pour les intéressés, il existe un championnat de France de paratriathlon : il s'est déroulé à Cambrai fin mai. J'ai eu également le plaisir d'y arbitrer.

La prochaine épreuve internationale de déroule à Genève les 11 et 12 juillet prochains : ce sont les championnats du monde de paratriathlon. Nous aurons peut être la chance de voir une retransmission télévisée sur Eurosport !

 

Source photo : M le photographe

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.